Le président des libéraux belges a été invité par les libéraux marocains, au pouvoir après des élections au taux de participation massif des jeunes, après 10 ans aux mains des islamistes, pour une visite officielle de plusieurs jours au Maroc.

Il a pu consacrer les liens avec le Maroc, entérinés par la visite récente de la Ministre des Affaires Etrangères Hadja Lahbib. Les questions énergétiques au regard des enjeux climatiques et démographiques, l’innovation technologique, l’éducation ainsi que le lien avec la diaspora marocaine ont été au centre des réunions avec les différents représentants du Royaume chérifien. 

L’énergie est un point-clé de développement avec le Maroc, le pays étant pour l’instant fortement dépendant énergiquement, à plus de 80% d’autres nations, n’ayant ni gaz ni de pétrole. Une politique d’investissement massif est donc déployée afin d’utiliser les atouts offerts par leur environnement naturel, à savoir de grandes surfaces d’exploitation, du vent, du soleil et des côtes en abondance, leur permettant d’envisager et de faire face à l’avenir et se repositionner d’un point de vue géostratégique vis à vis de partenaires européens et mondiaux. Cette politique de développement a été présentée comme une volonté politique affirmée, que l’on retrouve incarnée dans différents secteurs. L’amélioration du rendement des technologies existantes, le développement et l’exploration de l’hydrogène vert sont au coeur des préoccupations ainsi que le développement d’une industrie agro-alimentaire alliant rendement et respect des sols et préservant la ressource rare au Maroc qu’est l’eau.

Parmi les nombreuses rencontres, soulignons les suivantes parmi bien d’autres:

M. Rachid Talbi El Alami, Président de la Chambre des Représentants et M. Georges-Louis Bouchez ont essentiellement traité les questions de l’emploi, de l’éducation, des investissements et d’énergie entre les deux pays amis.

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a également eu une conversation pointue autour de l’énergie avec M. Said El Moline, Directeur général de l’Agence pour l’Efficacité énergétique, une compétence-clé pour un Pays.

Avec M. Hassan Ben Omar, Vice-Président de la Chambre des Représentants, ils ont traité de l’intérêt capital d’un Pays d’offrir une éducation publique de qualité et de proposer des possibilités d’émancipation par l’emploi qui tire toute une nation.

Le lien avec la diaspora marocaine importante en Belgique a été discuté dans le cadre du renforcement du lien entre les deux Pays, de manière à profiter autant à la Belgique qu’au Maroc. 

Il a également visité l’Université Polytechnique Mohammed VI, située à proximité de Marrakech qui propose des filières permettant de répondre aux défis que traverse le pays. Le président a visité une école de codage construite sur le modèle 42 de Xavier Niel et nommée 1337, basée sur un apprentissage actif et peer-to-peer, a accueillir positivement la responsabilisation des élèves et l’adéquation avec un métier en pénurie. Au sein de l’université se trouve également le Green Energy Park, laboratoire des productions d’énergie du futur.

« Le Maroc tourné vers l’avenir, porté par l’innovation, la technologie et son capital humain. Ce dynamisme est très enthousiasmant! Nos défis communs, comme celui de l’énergie et les liens étroits et historiques entre nos Pays doivent nous amener à augmenter nos investissements réciproques et nos politiques de collaboration. Avec près de 500.000 marocains en Belgique, nos deux Pays doivent œuvrer ensemble afin d’optimiser l’intégration des compétences pour les développements de nos économies respectives. Cette vision confère au Maroc un statut de partenaire de choix pour les investissements et échanges de capital humain. Je remercie le Maroc pour son accueil et son énergie positive. » conclut Georges-Louis Bouchez.