La FGTB et l’Union nationale des mutualités socialistes ont porté plainte en justice civile contre Georges-Louis Bouchez pour diffamation. La plainte aurait été déposée en raison de propos tenus lors d’un conseil communal de la ville en novembre 2022.

Selon le Président du MR, cette plainte est ridicule et démontre clairement « le talent de la gauche wallonne pour gaspiller l’argent public et faire perdre son temps à la justice ».

Georges-Louis Bouchez, également élu local à la ville de Mons, rejette fermement la plainte déposée au civil. Il affirme que ses propos ne constituent pas une diffamation et qu’il est grotesque de faire de telles accusations.

Cette situation illustre clairement la pression mise en place par la gauche en Wallonie et les intimidations subies lors du débat du Président avec Theo Francken à Jurbise la semaine dernière : « Pour ça, ils ont un grand talent en Wallonie. Moi, j’ai toujours eu l’élégance de ne pas déranger la justice quand j’étais attaqué (…) Je remets en cause leur business, leur position établie. C’est l’illustration de la chape de plomb que ces organisations font peser sur la Wallonie, c’est révélateur d’une certaine omertà mise en œuvre par la gauche : il faut créer la censure à l’égard de ceux qui se mettent sur sa route. Je l’ai encore vu hier avec les intimidations subies lors de ma venue à Jurbise pour débattre avec Theo Francken. »

Pour le Président du MR, il est inconcevable d’utiliser l’argent public pour faire perdre du temps à la justice. Il ajoute que les syndicats et les mutualités créent une forme de censure envers toutes personnes qui s’opposent à eux ou qui ne sont pas en accord avec leurs positions.

Lire l’article dans Sudinfo