« Je crois que ce qui a amené toute cette agitation, c’est le fait que les médias, comme une partie de la population, sont en attente de gens qui cassent les codes, rassemblent pour des idées au-delà des partis ou des personnes », Opaline Meunier.
« Ce qui me désole dans les réactions, c’est que tout le monde porte de grands discours sur le changement, mais que dès qu’une occasion de sortir du cadre se présente, les vieux réflexes reprennent le dessus », Georges-Louis Bouchez.

(article à lire sur www.lesoir.be )