« À tous ceux qui veulent jouer à paralyser ce gouvernement, qui veulent les affaires courantes ou des élections, je dis que si le budget n’est pas voté, ce sera les 12e provisoires et on ne pourra pas engager des politiques favorables à la population pendant de longs mois, poursuit Georges-Louis Bouchez.

(article à lire sur www.lecho.be)