… A nouveau, nous sommes dans l’hypocrisie. La plupart des candidats n’atteignent pas la moitié de ce plafond. Mais quelques-uns, parce qu’ils ont le nancement de leur parti par exemple, dépassent de loin ce plafond et en parfaite légalité. L’argent est vraiment une grande injustice en politique, les gens l’ignorent souvent. Je plaide pour que chacun mène sa campagne comme il veut mais dans la transparence absolue. Il faut que les gens sachent, après, combien chacun a exactement dépensé. C’est une donnée politique qui mérite d’être connue.
Si l’on veut maintenir un nancement public, on pourrait aussi le concevoir autrement : un budget de campagne est alloué à chacun, avec des moyens versés en remboursement de factures. Les moyens publics contribueraient ainsi à assurer une forme d’équité entre les candidats, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

(article à lire sur trends.levif.be)

page5image2996704