«C’est un jeu pervers. On appelle à une contribution volontaire et puis, au bout du compte, elle sera contrainte. Une telle proposition relève de l’exercice de communication et essaie de faire peser toute la charge sur les entreprises»

(article à lire sur www.lesoir.be )