Lors d’une interview avec De Tijd et L’Echo, Georges-Louis Bouchez a présenté un panel de mesures par lesquelles le Mouvement Réformateur veut renforcer le pouvoir d’achat des classes moyennes, de celles et ceux qui travaillent.

Le MR souhaite redonner du pouvoir d’achat aux Belges en diminuant les impôts sur le travail et la consommation mais aussi en relançant l’emploi, notamment en encourageant les indépendants et la création d’entreprises.

Le Président du MR a aussi rappelé qu’augmenter le taux d’emploi de 70%, taux actuel, à 80%, objectif du gouvernement, rapportera 26 milliards d’euros aux finances publiques.

Remonter le taux d’activité de 70 à 80% est l’un des grands défis que s’est assigné le gouvernement De Croo.  Cela permettrait de mettre notre pays au niveau de ses voisins allemands et scandinaves et d’assurer le financement de notre système de sécurité sociale.

Cela suppose de remettre au travail 670.000 personnes (chômeurs et maladies de longue durée) et cela rapporterait donc à l’Etat environ 26 milliards d’euros par an (moins d’allocations, plus d’IPP et plus de cotisations de sécurité sociale). On compte en effet que, par personne inactive remise au travail, l’Etat voit ses revenus nets augmenter en moyenne au minimum de 40.000 EUR (étude DULBEA).

Réduction de l’IPP

Nous proposons l’instauration d’un bouclier fiscal de 50% Aujourd’hui, on est taxé à 50% dès que l’on gagne 41.000 euros bruts ! À titre de comparaison, en France, la fiscalité est de 45% pour un revenu supérieur à plus de 160.000,00 euros alors que ce taux de 45 débute à plus de 277.000,00 euros en Allemagne ! Il faut donc payer moins d’impôts, par la suppression des tranches à 45 et 50%.

Les revenus médians (entre 2200 et 2300 € net par mois) doivent subir la plus grosse diminution d’imposition. Pour cela, un rééchelonnement de la progressivité est indispensable afin de redistribuer au mieux les gains du bouclier fiscal.

Il est important d’arriver à une réelle progressivité de l’impôt afin de s’assurer que la classe moyenne puisse augmenter son pouvoir d’achat.

Au surplus, le MR travaille au relèvement de la quotité exemptée d’impôt, pour la faire passe de 9.000,00 € /an à 11.816,00 €/an, c’est à dire le niveau du RIS. Il est inacceptable que des impôts sont payés pour un revenu inférieur au revenu d’intégration sociale.

Une autre mesure importante consiste à doubler le montant déductible des frais de crèche de maximum 14 € /jour à 28 €/jour. Le gain annuel peut aller jusqu’à 2500 euros par an par enfant! Cela évitera les pièges à l’emploi pour les parents qui doivent parfois payer jusqu’à 650 euros de frais de crèche.

Réduction de la TVA sur les biens essentiels de 6 à 5 % et appliquer ce taux également au numérique et au digital

 Notre Mouvement souhaite réduire la TVA des biens de première nécessité de 6 à 5%, qui est le taux plancher fixé par l’Union européenne, et élargir leur définition. Des discussions sont en cours au niveau européen afin de permettre aux États de faire entrer le digital dans les produits de première nécessité bénéficiant du taux réduit. Cette opération permettrait un gain de 30 euros nets chaque mois.

Soutenir le travail des indépendants

Nous proposons d’approfondir les mesures starter. La mesure starter permet à un indépendant qui débute et avec un revenu professionnel annuel inférieur à 7.500 € de bénéficier d’une réduction spécifique. Sans aucune réduction, il payerait 3.124,00 € de cotisations annuelles. Avec le système actuel, il payera 1.612,00 € durant la première année.

Notre volonté à court terme est d’augmenter la durée durant laquelle cette mesure peut profiter à un indépendant débutant.

A terme, notre volonté est d’aboutir à la suppression du paiement des cotisations sociales pendant maximum 5 ans pour un indépendant qui débute.

Ce système incite à l’entrepreneuriat et reconnaît la difficulté et les risques liés à ce statut. D’autant que le risque de faillite est extrêmement plus élevé lors des trois premières années.

Chiffres-clés:

– La remise au travail de 670.000 personnes, à savoir un taux d’emplois de 80%, rapporterait à l’Etat 26 milliards par an au minimum.

– La tranche d’IPP à 50 % concerne les revenus à partir de 41.060,00 euros bruts par an – seuil atteint par 90% des actifs.

– Relèvement de la quotité exonérée d’impôts au niveau du RIS, à 11.816,00 euros (venant de 9.270,00 euros aujourd’hui)

– Doublement du montant maximum déductible pour les frais de garde par enfant par jour (14 euros/jour à 28 euros/jour) pour une économie jusqu’à environ 2.500€/an.

– Minorisation voire suppression du paiement des cotisations sociales d’un indépendant starter (maximum 5 ans) jusqu’à un certain plafond lié au revenu médian.

Découvrez l’interview dans l’Echo

 


.

Georges-Louis Bouchez in De Tijd

“Werken belonen met minder belastingen en meer koopkracht”

.Werken belonen. Met meer netto, minder belastingen en dus meer koopkracht. Voor de gewone mensen en de middenklasse. Dat stelt MR-voorzitter Georges-Louis Bouchez voor in een interview met de krant De Tijd.

Een hoger nettosalaris aan het einde van de maand. Hoe wil de MR dat bereiken? Door de belastingvrije som op te trekken en door veel minder snel in de belastingschijf van 50% te komen. Met bijkomende en lagere belastingschijven, vooral voor de middeninkomens. Dat zijn de mensen die rond de 2.300 euro netto per maand verdienen. Een gemiddeld salaris zou zo dicht mogelijk bij een belasting van 30% moeten uitkomen. Bovendien zou niemand nooit meer dan 50% belastingen mogen betalen, zoals dat nu helaas nog altijd het geval is voor 90% van de werkende mensen. Daarbovenop wil de MR ook de fiscale aftrekbaarheid voor kinderopvang verdubbelen van 14 naar 28 euro per dag.

Maar de MR wil de koopkracht nóg verhogen door de btw op basisproducten te verlagen van 6% naar 5%. En door de digitale factuur voor internet en tv te verlichten dankzij een belastingverlaging van 21% naar 5%. Internet en tv-kijken als basisproduct.

Kostprijs van deze fiscale hervorming voor de koopkracht: 8 miljard. Dat kan de overheid gemakkelijk financieren als ze de werkzaamheidsgraad optrekt naar 80%, want dat zal de staatskas jaarlijks 26 miljard opleveren.

“Meer werken om minder te betalen”. “Wie werkt, moet altijd meer krijgen”. Het zijn duidelijke prioriteiten van Georges-Louis Bouchez. Hij wil ook mensen aanmoedigen om zelfstandig te worden door ervoor te zorgen dat starters in de eerste jaren van hun activiteit geen of bijna geen sociale bijdragen meer betalen.

Lees alles in De Tijd