Deux ans, maximum ! Le MR veut renforcer la dégressivité des allocations de chômage et les limiter dans le temps. Pour Georges-Louis Bouchez, il faut agir rapidement pour augmenter notre taux d’emploi et ainsi diminuer la fiscalité sur le travail.

A côté du volumineux dossier énergétique, l’autre grande priorité du MR à l’occasion de la rentrée, c’est l’emploi. « Aujourd’hui, on a plein de gens qui bossent et n’arrivent pas à vivre dignement de leur travail », explique Georges-Louis Bouchez dans Sudpresse. Le MR plaide pour une réduction massive des impôt (8 à 10 milliards. « Pour nous, ça doit être surtout un tax cut : baisser la fiscalité. Baisser l’impôt sur le travail peut se faire rapidement et sans attendre la réforme fiscale, et ce via le précompte professionnel ».

Le financement de cette mesure passe par une augmentation de notre taux d’emploi. « On consacre 1,8 % (près de 10 milliards) de notre PIB aux dépenses de chômage. Nous voulons un nouvel accord sur l’emploi pour activer davantage les demandeurs d’emploi. C’est hallucinant qu’on ne trouve même plus de chauffeurs pour le ramassage scolaire en Wallonie », s’indigne le président du MR.

Georges-Louis Bouchez prend l’exemple de quelqu’un qui gagne 1.800 € net. Un chômeur en gagne 1.400, mais la crèche lui coûte 1€, il a un logement social, le tarif social pour l’énergie, ses médicaments gratuits (statut BIM). Pourquoi aurait-il envie de travailler ? « Pourtant, s’il travaille, il ne coûte plus des dizaines de milliers d’euros à l’État, mais il lui en rapporte autant », explique-t-il.

Le MR a deux propositions principales : l’exclusion du chômage pour les personnes qui refusent deux emplois ou deux formations aux métiers en pénurie, d’une part.  La dégressivité des allocations de chômage et leur limitation à deux ans, d’autre part. Ce dernier point sera débattu lors du congrès « Belgium 2030 » organisé à Bruxelles le 23 octobre prochain. Pour Georges-Louis Bouchez, « si on veut les garder au-delà, il y aura un travail communautaire obligatoire : aider les personnes âgées, rendre des services sociaux. En Wallonie, 50 % de nos demandeurs d’emploi le sont depuis plus de deux ans. »

Le président du MR regrette l’inaction du ministre fédéral de l’Emploi, Pierre-Yves Demagne (PS) : « On demande qu’il prenne conscience que l’argent perdu ne sera pas retrouvé. Cet été, des restos ont dû fermer certains jours par manque de personnel. On ne récupérera jamais cet argent : il faut réaliser le niveau d’urgence. Contrairement au discours dominant de la gauche, il n’y a pas d’avenir sans travail, ni de bien-être. Que veut le PS ? Aider des gens jusqu’à 2.200 € net et dire à un enseignant de 35-40 ans qui gagne entre 2.300 et 2.500 € net qu’il est trop riche et qu’on ne peut l’aider pour sa facture d’énergie ? Je dis au PS de cesser de se préoccuper du PTB, d’agir et surtout d’avoir des résultats », conclut-il.

 

Découvrez l’article dans l’Echo

Découvrez l’interview dans De Tijd

Revoir l’émission sur LN24

Revoir l’émission sur BelRTL