Cela fait un an qu’au bout de plusieurs mois de négociations, le gouvernement Vivaldi s’est formé en prenant le pari audacieux de réunir 7 partis aux aspirations parfois radicalement opposées.

Georges-Louis Bouchez a fait le bilan de cette première année inédite, une année de crise mais aussi d’opportunités de créer du changement. Il a rappelé les lignes caractéristiques du MR, sa volonté de toujours se ranger du côté de la liberté et de l’émancipation sociale. Ces valeurs sont fondatrices de nos sociétés libérales et les garantir passe par une justice fiscale qui récompense ceux qui travaillent et prennent des risques plutôt que les punir avec une fiscalité abusive. Cela passe également par une revalorisation du travail comme outil d’émancipation sociale : le travail est une chance et non une punition ! Enfin, la mise en place d’une politique énergétique ambitieuse, répondant aux enjeux climatiques, sociaux et économiques est essentielle !

Dans l’Echo, il a développé notre approche de la rigueur budgétaire comme outil essentiel de développement durable de notre société. La dette d’aujourd’hui sont les impôts de demain ! Chaque enfant qui naît aujourd’hui a déjà plusieurs milliers de dettes pour une vie qu’il n’a pas encore commencée. Notre devoir en tant que politiques est d’œuvrer à investir et non à dépenser pour construire la société que nous voulons laisser à nos enfants. La valorisation de notre espace francophone ne passera que par l’assainissement de notre politique budgétaire.

Lire l’article dans La Libre