Ayant pris connaissance de l’interview de ce matin de Jean-Marc Nollet dans les colonnes de l’Avenir, Ecolo semble malheureusement de plus en plus être entré en lutte contre les agriculteurs et la ruralité. La ruralité constitue pourtant 80% du territoire wallon et plus de la moitié de ses communes sont considérées comme rurales.

La PAC est l’une des seules grandes réussites de l’Union européenne

  • Pour rappel, elle fut créée en 1962 alors que les Européens n’étaient capables de se nourrir qu’à hauteur de 80% de leurs besoins (nous dépendions alors des USA et d’autres puissances agricoles)
  • Nous sommes aujourd’hui autonomes du point de vue alimentaire. Mieux, nous disposons d’une agriculture et d’un secteur de la transformation de haute qualité sanitaire, environnementale et économique.
  • L’agriculture européenne est un vecteur de paix fondamental. Pour rappel, beaucoup de pays ne savent pas assurer leur approvisionnement (par exemple, parce qu’ils n’ont pas de terres, parce qu’ils n’ont pas d’eau…).
  • Il est capital que notre système continue à nourrir les gens, à un prix abordable et avec une sécurité alimentaire

Pour rappel les objectifs PAC consistent à assurer :

  • Un revenu décent aux agriculteurs (sans une réelle vision de rentabilité économique en agriculture, les jeunes reprendront de moins en moins l’exploitation agricole de leurs parents ou n’oseront plus entreprendre de nouveaux projets;
  • La sécurité alimentaire
  • Soutenir le secteur agricole dans une transition environnementale raisonnée

La transition écologique concerne TOUS les secteurs, pas uniquement l’Agriculture

Il faut accompagner l’agriculture wallonne dans son effort. Comme le rappelle la résolution approuvée par le Parlement wallon le 7 juillet dernier, concernant la problématique de l’enjeu climatique, l’agriculture est porteuse de solutions tant dans le cadre du maintien de la souveraineté alimentaire que du défi climatique. Là où l’agriculture mondiale atteint 25% d’émission des GES, l’agriculture wallonne en émet moins de 14%. L’essentiel des émissions étant d’origine industrielle. L’agriculteur wallon fait donc partie de la solution.

La même résolution parlementaire affirme qu’il faut « reconnaître les efforts déjà consentis par le secteur agricole afin d’atteindre les objectifs, environnementaux ». La stigmatisation de l’agriculteur est contre-productive.

Professionnalisation des agriculteurs (stop à l’agribashing)

Les agriculteurs d’aujourd’hui sont de plus en plus formés. Tout d’abord, ils suivent une formation initiale (ils sont de plus en plus souvent ingénieurs agronomes, gradués en agronomie ou techniciens en agriculture).

De plus, ils ont l’obligation d’être détenteurs d’une phytolicence, certificat (fédéral) qui assure que tant l’utilisateur professionnel, que le distributeur ou le conseiller, manipulent correctement les produits phytopharmaceutiques. Il y a par ailleurs obligation de poursuivre des formations continues.

Les agriculteurs, plus que n’importe qui d’autre, respectent et aiment la terre. C’est leur outil de travail, ils ont une vraie volonté d’en prendre soin. Ce sont des passionnés.

On a parfois l’impression que certains oublient l’importance de l’agriculture non seulement pour l’alimentation de nos concitoyens mais aussi pour la nécessité de maintenir et défendre une activité sociale et économique tellement cruciale dans notre pays.

Pour rappel, le Mouvement Réformateur porte, au travers de son Ministre Willy BORSUS, le Plan stratégique BIO 2030. Ce plan est ambitieux (30 % de bio en 2030) et va plus loin que les objectifs européens (25 % de bio en 2030) …

Georges-Louis BOUCHEZ : « Avec nos Ministres Willy BORSUS et David CLARINVAL, avec tous nos députés, nous poursuivrons notre travail en faveur de l’agriculture et de la ruralité. Les agriculteurs ont un rôle nourricier capital, ils sont la source de notre alimentation, de notre société et nous nous insurgerons toujours contre l’agri-bashing dont ils sont victimes de la part de certains partis ».