« Si le conseil débutait à 18 heures comme cela était prévu, j’aurais juste manqué la présentation du budget. Ce qui ne me pose pas de problème, car je n’ai pas besoin qu’on m’explique une nouvelle fois les chiffres. Et je serai revenu à temps pour participer aux discussions. Mais en avançant l’heure, on cherche à m’exclure de ces discussions. Le collège aurait très bien pu prévoir d’organiser le conseil plus tôt, lorsqu’il a envoyé les convocations. Il ne l’a pas fait. C’est seulement lorsqu’il a appris que je participais à un débat à l’UCL à 18 heures qu’il a décidé d’avancer le début du conseil.« 

(article à lire sur www.dhnet.be )