Ce week-end, le Président du Mouvement Réformateur a co-signé une carte blanche dans le Vif aux côtés d’autres personnalités libérales. Ils demandent que Bruxelles, à l’instar de l’Union européenne, soit déclarée « zone de libertés LGBTQI+ »: une zone de respect et de dialogues.

Face à la résurgence de discriminations dans de nombreux pays européens, la capitale belge, coeur de l’Europe, doit réaffirmer avec force son engagement dans la lutte contre toute forme de préjugés, discriminations et violences fondés sur le sexe, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.

En Belgique, on peut encore être discriminé voire assassiné parce qu’on aime une personne du même genre que le sien. Près de 1 500 plaintes ont été déposées durant les dix dernières années pour agressions à caractère homophobe dans notre pays. Un nombre déjà trop élevé mais qui ne révèle pourtant pas la réalité de la situation car tout le monde ne porte pas plainte. Pire : les faits semblent encore en hausse.

En 2021, ces insultes et violences mais aussi ces discriminations à l’emploi ou au logement sont inacceptables. Nous devons lutter, ensemble, contre tous les racismes, la xénophobie, l’antisémitisme ou l’homophobie. Tout en rappelant l’importance de sanctionner systématiquement et sévèrement tout acte homophobe, il nous est urgent de travailler à construire, ensemble, un projet de ville plus respectueux de chacune et chacun.

Une carte blanche à l’initiative de Georges-Louis Bouchez (Président du MR), David Weytsman (Député MR à Bruxelles), Thierry Masson (Conseiller des Français de l’étranger pour La République en marche), Pierre Karleskind (député européen Renew) à découvrir dans Le Vif.