Communiqué du président du MR sur les signes religieux, philosophiques et politiques dans les services publics. La neutralité de l’Etat ne peut être remise en cause, y compris à la STIB.

Quelle est la position du MR sur ce dossier ?

Le MR a toujours exprimé avec clarté et sans ambiguïté son attachement à la neutralité. A ce titre, nous demandons à la STIB et au gouvernement Bruxellois d’aller en appel de la décision de considérer l’interdiction du port du voile à la STIB comme discriminatoire.

Le voile doit-il être autorisé dans l’administration et les entreprises publiques ? Le port d’un signe convictionnel entre-t-il en conflit avec la neutralité de l’Etat ?

Le parti est en faveur de l’interdiction du port ostentatoire de tout signe convictionnel dans la fonction publique, qu’il soit évocateur d’une appartenance religieuse, politique ou philosophique (et dans l’enseignement obligatoire pour les élèves et professeurs).

Les services publics ont en effet un devoir de neutralité dans l’exercice de leurs missions de service public et dans leurs rapports avec les citoyens.

Pour quelles fonctions ?

Nous ne devons d’ailleurs pas faire de distinction entre les fonctions au sein d’un service public, que l’agent soit en contact avec les citoyens ou qu’il exerce une fonction d’autorité. Une égalité de traitement doit en effet être la règle. Dans le cas contraire, cela créerait une discrimination entre eux.

Quelles conséquences pour les agents qui souhaitent malgré tout afficher leurs convictions ?

La neutralité de l’Etat et la séparation entre l’Eglise et l’Etat sont des balises importantes d’un vivre ensemble dans l’intérêt de tous. Pour le MR, il est très important que ces principes soient respectés.