Dans « QR le débat » ou sur DH Radio, Georges-Louis Bouchez a expliqué qu’une baisse de la fiscalité dans notre pays passera nécessairement par une augmentation nette du taux d’emploi. Le MR veut également mieux soutenir la classe moyenne, oubliée dans la gestion de la crise.

Dans « QR le débat » sur la Une, Georges-Louis Bouchez a rappelé que la priorité du MR était la baisse de la fiscalité, via une augmentation du taux d’emploi. « Je viens d’un milieu populaire et j’y ai appris une chose que la gauche a tendance à oublier : la valeur centrale doit être la valeur travail », a-t-il expliqué. « Nous sommes trop peu nombreux à travailler en Belgique. Nous avons 72% de taux d’emploi contre 80 % en Allemagne et aux Pays-Bas. Et si la Wallonie et Bruxelles étaient des pays, ils seraient les derniers de l’Union européenne en matière de taux d’emploi. Résultat, nous faisons partie des pays de l’OCDE qui taxent le plus et nous avons le plus haut déficit de l’Union européenne hormis Malte. Nous faisons partie des cinq pays dans lesquels nous travaillons le moins. Ce qu’il faut c’est augmenter le taux d’emploi pour baisser la fiscalité ».

Le MR est par ailleurs favorable au maintien du mécanisme d’indexation automatique des salaires, mais ce système pourrait être harmonisé pour plus de justice. En effet, certaines personnes bénéficient de l’indexation immédiatement mais d‘autres doivent attendre un an et vivent donc entretemps des moments difficiles.

Georges-Louis Bouchez estime également que les salaires moyens sont les oubliés de la crise : « Aujourd’hui la période est plus compliquée pour les revenus médians les plus faibles, c’est-à-dire ceux qui gagnent entre 1800 et 2000 euros par mois car on a beaucoup soutenu les personnes qui touchent des allocations sociales ou qui ont de bas revenus. Dès que vous gagnez plus, vous devez tout payer plein pot. Résultat : ces salariés sont parfois plus pauvres que certains allocataires sociaux en fin de mois ». Pour résoudre ce problème, le MR propose d’augmenter le salaire net via une augmentation de la quotité exemptée d’impôts à 12.000 € plutôt que 9.000.

Le président du MR l’a encore répété sur DH Radio : « Notre pays n’a pas besoin de nouvelles taxes mais de mesures structurelles pour diminuer les impôts. Et pour cela, il faut augmenter le nombre de personnes qui travaillent. C’est parce que trop de personnes ne travaillent pas que celles et ceux qui travaillent payent autant d’impôt. »

Georges-Louis Bouchez estime également que pour permettre aux personnes qui travaillent de vivre dignement de leur travail, il faut baisser l’impôt et donc diminuer le train de vie de l’Etat. « L’argent gratuit n’existe pas. Le déficit de la Belgique est déjà le plus gros de l’Union Européenne. Il ne faut pas dépenser des fortunes aujourd’hui qui seront récupérées dans les impôts de demain », conclut le président du MR.

Revoir l’émission QR