Des impôts plus bas pour plus de travail, pour plus de salaire net pour les personnes qui travaillent et pour plus de compétitivité pour nos entreprises. Tel était le message clé du président du MR, Georges-Louis Bouchez, la semaine dernière à Bruxelles, dans les locaux de la société de conseil en immobilier CBRE et lors de l’événement annuel d’un magazine sur la fiscalité des investissements. Il était leur invité en tant que conférencier principal.

Avec un taux d’emploi de 72%, la Belgique se situe actuellement parmi les cinq derniers pays de l’Union européenne. Dans le même temps, nous sommes dans le trio de tête des pays présentant le déficit budgétaire le plus important et les impôts les plus élevés. Ce n’est qu’en portant le taux d’emploi à 80 % que nous pourrons renverser cette situation. Cela permettrait à l’État d’économiser 40 milliards d’euros chaque année grâce à tous les effets d’amortissement. Le travail est la meilleure politique sociale pour le Mouvement Réformateur. Plus les gens travaillent, plus ils peuvent faire leurs propres choix, plus le gouvernement reçoit de revenus et moins l’État doit verser d’allocations de chômage. Cela permet également de réduire le déficit budgétaire et de faire de la place pour de nouvelles politiques et de nouveaux investissements.

Le travail est donc une question d’intérêt national. Plus de travail signifie plus de pouvoir d’achat, moins d’impôts, des retraites plus élevées, des entreprises plus fortes et un meilleur budget. Celui qui travaille devrait toujours gagner plus que celui qui ne travaille pas. Le MR est ainsi véritablement le parti des gens qui travaillent,  de la classe moyenne, de toutes celles et tous ceux qui ont le goût de l’effort.


Lagere belastingen voor meer werk, meer netto, meer concurrentiekracht

Lagere belastingen voor meer werk, voor meer netto voor werkende mensen en voor meer concurrentiekracht voor onze bedrijven. Dat was de kernboodschap van MR-voorzitter Georges-Louis Bouchez de afgelopen week in Brussel bij vastgoedconsultant CBRE en op het jaarevenement van het tijdschrift Beleggingsfiscaliteit. Hij was bij hen te gast als centrale spreker.

Met een werkzaamheidsgraad van 72% zit België op dit moment bij de laatste vijf landen in de Europese Unie. Tegelijkertijd staan we in de top 3 van landen met het grootste begrotingstekort en met de hoogste belastingen. Alleen door de werkzaamheidsgraad op te trekken naar 80% kunnen we die situatie omkeren. Dat zou de staat elk jaar 40 miljard euro opleveren dankzij alle terugverdieneffecten. Werk is het beste sociale beleid voor de Mouvement Réformateur. Hoe meer mensen werken, hoe meer ze zelf hun leven kunnen bepalen, hoe meer inkomsten de overheid krijgt en hoe minder werkloosheidsuitkeringen de staat moet betalen. Zo gaat ook het begrotingstekort naar beneden en komt er ruimte voor nieuw beleid en nieuwe investeringen.

Werk is dus een zaak van nationaal belang. Want wie meer werk zegt, zegt meer koopkracht, minder belastingen, hogere pensioenen, sterkere ondernemingen en een betere begroting. Wie werkt, moet altijd meer krijgen. MR is de échte partij van de werkende mensen. Van de middenklasse, van al wie elke dag moeite doet voor zichtzelf en voor anderen.