Georges-Louis Bouchez était l’invité de « C’est pas tous les jours dimanche » ce 19 juin pour évoquer différents dossiers d’actualité.

A propos du dernier sondage

Un sondage commandé par Le Soir et RTL Info place le MR en première position à Bruxelles. « En Wallonie, nous avons un ancrage solide et à Bruxelles, la hausse est constante », souligne Georges-Louis Bouchez. « Nous avons développé une stratégie de terrain avec beaucoup de jeunes mobilisés. Ces jeunes apportent un souffle nouveau à la politique. C’est important car je constate une rupture générationnelle plutôt forte. La politique doit représenter ces évolutions sociétales. Le MR se porte bien : nous avons 17% de membres en plus cette année, beaucoup de jeunes militants nous rejoignent. C’est un bon baromètre du dynamisme de mon parti ».

A propos des voitures de société

« Une voiture de société représente entre 500 et 1000 euros par mois pour le travailleur qui en bénéficie. Si on trouve un système pour compenser cela en cash, je n’ai aucun souci à mettre un terme à ce système. Mais si cela entraine une perte de pouvoir d’achat, j’y suis opposé.

Sur les investissements dans la Défense

Le gouvernement fédéral est parvenu à un accord pour consacrer 2% de son budget à des investissements en matière de Défense. « Il y a un besoin en matière de sécurité nationale et la Belgique doit être à la hauteur pour respecter ses engagements vis-à-vis de l’OTAN », explique le président du MR. « Ces 2% du budget pour la défense sont donc nécessaires pour la crédibilité de la Belgique, la sécurité de notre pays et notre place sur l’échiquier international. L’accord permet au Premier Ministre d’aller faire cette déclaration importante à Madrid lors du sommet de l’OTAN ».

Sur son rôle en tant que président du MR

Georges-Louis Bouchez a été élu en 2019 pour amener le MR à la victoire en 2024 : « nous gagnons des membres, nous sommes présents sur le terrain, notre communication se modernise, je travaille pour faire gagner le MR. Si le Conseil du MR estime que des élections internes doivent être organisées en 2023, elles auront lieu ».

Jean-Luc Crucke, qui restera finalement député wallon, a critiqué son président de parti ces derniers jours. « Je suis président d’un parti et il membre du MR. Je suis en faveur de la liberté d’expression. Mais en tant que président je dois faire respecter le travail de nos élus. Oui à la liberté d’expression, non à la chienlit », déclare Georges-Louis Bouchez. « Jean-Luc Crucke a pris des positions opposées à la ligne du parti. En tant que député wallon, j’attends qu’il exerce le mandat pour lequel il est payé. Commenter le débat fédéral alors qu’il ne siège pas à ce niveau et ne connait pas les dossiers, ce n’est pas acceptable. C’est la dernière fois qu’une telle attitude sera tolérée. Je l’invite à faire preuve de loyauté vis-à-vis du MR, de ses membres, de ses élus. Je dois faire respecter une ligne claire, notamment face aux positions prises et votées en Congrès. Il s’agit de respecter toute l’équipe et le travail collectif qu’elle réalise ».

Georges-Louis Bouchez est par ailleurs surpris que l’on attende toujours du MR qu’il soit plus à gauche. Demande-t-on au président du PS d’être plus à droite ? « Le rôle d’un parti de centre-droit est d’amener et défendre des positions de centre-droit. Au même titre qu’on ne demande pas à un parti de gauche d’être plus à droite, cela n’a aucun sens de nous demander d’être plus à gauche ».

Le président du MR rappelle que son parti est mathématiquement indispensable au gouvernement : « Nous sommes un grand parti dont l’électorat doit être respecté et nous menons notre action dans le respect de l’accord de gouvernement ».

A propos des résultats du sondage en Flandre

D’après le sondage réalisé à la demande du Soir et de RTL Info, la NVA et le Vlaams Belang auraient une majorité en Flandre. Un danger pour la stabilité du pays ? « La plupart des gens qui votent pour VB et NVA ne veulent pas la fin de la Belgique. Ils attendent une ligne plus libérale sur le plan économique. Ils en ont marre des chèques : ils veulent payer moins d’impôts », explique Georges-Louis Bouchez. « Ce qui va faire réussir la Belgique, c’est l’amélioration de sa situation socio-économique. Nous devons faire en sorte que ceux qui travaillent en vivent dignement et soient mieux récompensés que ceux qui ne travaillent pas. Nous devons prendre des décisions fortes en ce sens ».

Georges-Louis Bouchez regrette d’ailleurs les actions syndicales organisées ce lundi. « J’attends des syndicats qu’ils agissent de manière responsable. Les salaires ne sont pas bloqués : ils ont augmenté de 15% sur la période 2020-2022. Les syndicats devraient plutôt nous aider à remettre des personnes à l’emploi. C’est une question de respect des individus. La grève aura lieu et le lendemain, il y’aura toujours autant de taux d’inactivité ».

A propos du rejet de l’abattage avec étourdissement préalable à Bruxelles

« Le MR n’a apporté aucune voix empêchant le texte de passer alors que PS et Ecolo ont voté différemment en Wallonie et Bruxelles. Nous sommes le seul parti qui n’a pas cédé au poids du communautarisme et de la religion ».

Revoir l’émission C’est pas tous les jours dimanche