Les centrales nucléaires sont donc plus respectueuses du climat que les éoliennes. « Fin juin ou début juillet au plus tard, nous devons avoir trouvé un accord avec l’opérateur Engie sur la prolongation de nos réacteurs nucléaires », a déclaré le président du MR, Georges-Louis Bouchez, dans l’émission De Zevende Dag de la VRT.

Georges-Louis Bouchez a notamment rappelé que la ministre de l’énergie Tinne Van der Straeten devait assumer ses fonctions. « Elle a annoncé dans les médias qu’un accord ne serait trouvé qu’en septembre. C’est beaucoup trop tard. Parce que nous avons besoin de temps pour commander l’uranium, faire les ajustements nécessaires et mener à bien les procédures requises. Tinne Van der Straeten a pris un engagement de résultat. Entre-temps, le Premier ministre a dû se saisir du dossier car le ministre de l’Énergie n’a rien fait au cours des 18 derniers mois pour mener à bien la prolongation des centrales nucléaires », a rappelé le président du MR.

S’il n’y a pas d’accord pour l’été, notre pays sera contraint de construire des centrales à gaz supplémentaires très polluantes. Ce n’est pas une coïncidence si Tinne Van der Straeten veut reporter la décision à septembre. En octobre, de nouvelles enchères pour construire des centrales au gaz seront organisées. Ainsi, si les centrales nucléaires ne sont pas prolongées, le ministre pourra à nouveau opter pour des centrales au gaz. Mais outre l’accord politique qu’elle ne respecterait pas, notre pays serait exposé à deux risques : un black-out, car nous n’aurions pas assez d’électricité dans les années 2025, 2026 et 2027. Ou encore un si grand nombre de centrales au gaz que les centrales nucléaires à faible taux de CO2 ne seraient plus nécessaires, ce qui rendrait notre pays beaucoup plus polluant.

« L’accord de gouvernement est clair et ne s’applique pas seulement au MR », déclare Georges-Louis Bouchez. « Tout le monde a maintenant compris que le gaz ne garantira pas notre indépendance énergétique. Certainement pas à un prix abordable et sans nuire à notre planète. L’invasion russe en Ukraine a changé le monde dans lequel nous vivons ».

Georges-Louis Bouchez dénonce l’absence de négociations avec Engie depuis trois semaines. C’est inacceptable pour lui. « Depuis un an, la ministre de l’Énergie annonce qu’elle veut taxer les bénéfices excessifs alors qu’elle ne renouvelle pas les centrales nucléaires », dit-il.

L’énergie la plus rentable au monde

Un négociateur doit essayer de donner pour mieux recevoir. Par exemple, le MR pourrait accepter un partenariat entre Engie et le gouvernement belge pour exploiter les centrales nucléaires. Sans revenir sur le passé (la production et les déchets nucléaires du passé resteraient sous la responsabilité d’Engie). Aujourd’hui, une centrale nucléaire produit un mégawattheure d’électricité pour 35 euros, alors que cette électricité est vendue pour 200 euros. Il y a donc beaucoup de bons modèles économiques possibles, car l’énergie nucléaire est l’énergie la plus rentable au monde. Il est donc facile de récupérer tout investissement.

« D’ailleurs, pourquoi ne devrions-nous prolonger les centrales nucléaires que pour dix ans et pas plus », se demande Georges-Louis Bouchez. Le CD&V et la N-VA disent la même chose. « Notre part des bénéfices serait tellement plus importante sur une échelle de vingt ans ».

L’approvisionnement en électricité et la protection du climat sont des priorités absolues. Les Verts partagent-ils cet avis ? Georges-Louis Bouchez est très clair : « le MR posera toutes les questions nécessaires au parlement concernant les négociations avec Engie. « Si nécessaire, on fera aussi le film des négociations avec Engie. Il s’agit d’une société privée cotée en bourse et il est dans son intérêt de se comporter correctement ».

Revoir l’émission De Zevende Dag sur la VRT