Lors d’une interview pour le journal la DH, Georges-Louis Bouchez est revenu sur la situation des services publics belges et l’importance de les rendre plus efficaces. C’est, pour le MR, l’une des conditions pour réussir à préserver le pouvoir d’achat des travailleurs.

Non, injecter plus d’argent ne rend pas nécessairement les services publics plus efficace ! Aujourd’hui, de nombreuses dépenses inutiles sont réalisées en leur sein. Dans l’enseignement par exemple : « certaines options sont ouvertes pour uniquement deux élèves alors que d’autres classes sont bondées », explique Georges-Louis Bouchez. Alors, pour rendre les services publics plus efficaces et donc moins coûteux, le président du MR se fixe une série d’objectifs.

Tout d’abord, il propose une réelle évaluation des politiques publiques, que ce soit avant et après leur mise en place. Il faut donc créer de nouveaux organes d’évaluation ou du moins fusionner ceux qui existent déjà pour les rendre plus efficaces.

Car oui, éviter les doublons institutionnels est aussi important. Il faut donc recentraliser certaines de nos institutions. « En effet, plus on divise les institutions et plus on augmente le coût de la fonction publique. Et finalement, c’est le contribuable qui doit payer pour cela. Même si, au départ, les divisions ont été réalisées dans de bonnes intentions, aujourd’hui, « il y a énormément d’inepties », selon le président du MR.

Enfin, il faut rendre l’Etat, ses administrations et ses fonctionnaires plus efficaces ! D’une part en créant une hiérarchie des normes avec au sommet, l’Etat fédéral qui serait le seul à prendre des décisions sur le plan international par exemple. D’autre part, Georges-Louis Bouchez propose la création d’une école d’administration. Cela permettrait de réaliser un concours pour harmoniser la qualité du recrutement, qui varie aujourd’hui en fonction des administrations.  « Chaque contribuable doit avoir droit à la même qualité des services publics, n’importe où », déclare le président du MR.

Cette efficacité des services publics permettrait d’en baisser les coûts et donc de réduire les impôts des travailleurs. Car oui, ceux-ci n’ont pas besoin d’aides sociales qui s’accumulent, de différents chèques, … « Ce dont ils ont besoin, c’est de cash », explique le président ! « Il faut que les travailleurs puissent dépenser leur argent dans ce qu’ils veulent et dans ce dont ils ont réellement besoin » ! Et pour ce faire, il faut que les impôts baissent.

Par ailleurs, le MR veut revoir notre système fiscal et améliorer la lutte contre la fraude fiscale mais aussi sociale.

De plus, l’un des objectifs prioritaires du MR est l’augmentation du taux d’emploi. La Belgique est aujourd’hui l’un des pays avec le plus de demandeurs d’emploi par rapport aux nombres d’emplois disponibles. Il faut donc pousser les gens à travailler et lutter contre le chômage de longue durée. Pour Georges-Louis Bouchez, ce n’est pas normal qu’un chômeur puisse refuser deux propositions d’emplois en pénurie en continuant de toucher le chômage.

Enfin, il faut réellement modifier le rapport au travail dans l’imaginaire collectif : « On voit aujourd’hui le travail comme quelque chose de négatif, alors qu’il est émancipateur » conclut le Président du MR.

Découvrez l’interview dans la DH