“A la fin de mon mandat au MR, je ne veux pas avoir à me dire que j’aurais pu changer les choses, mais que je n’ai rien dit pour conserver ma place.” Le président du MR était à nouveau invité de la télévision flamande cette semaine. Il a contredit les attaques répétitives selon lesquelles il mettrait des bâtons dans les roues du gouvernement et a rejeté le confédéralisme du président de la N-VA, Bart De Wever.

“Le problème est qu’on confond la loyauté envers le gouvernement est avec la possibilité pour un politicien à dire la vérité et à pointer du doigt les problèmes. La loyauté consiste à accepter les décisions qui ont été prises ensemble. Mais ce n’est pas parce que vous êtes dans un gouvernement que vous ne pouvez pas dire qu’il n’y a pas de défis dans notre pays. Le problème est que les partis politiques traditionnels pensent qu’ils ne pouvaient plus rien remettre en question au nom de la loyauté. Résultat : le Vlaams Belang et le PTB ont le vent en poupe. Parce que les gens pensent que les partis traditionnels ne tiennent pas des propos cohérents. C’est mon travail d’aborder ce qui ne va pas. Pour cela, je dois d’abord poser un diagnostic afin de soumettre des propositions pour régler le problème.”

Georges-Louis Bouchez a également réfuté les déclarations de Bart De Wever (N-VA) sur “le confédéralisme ou rien en 2024”. “La politique, c’est des mathématiques, et aujourd’hui, il n’y a pratiquement personne dans la politique belge qui défend le confédéralisme, même en Flandre”, a déclaré le Président du Mouvement Réformateur dans l’émission De Zevende Dag. “M. De Wever doit être sérieux : soit il dit qu’il veut le confédéralisme, mais je ne pense pas qu’il ait une majorité pour cela, soit il dit qu’il veut former un gouvernement de droite sur les questions socio-économiques. Il est logique que les partis de gauche essaient d’obtenir des majorités à gauche. De même pour les partis de droite, qui essaient d’obtenir des majorités de droite.”

Revoir l’émission “De Tafel van Vier”

Revoir son intervention pour “De Zevende Dag”

Lire l’article dans HLN